MALADIES MENTALES

Trouble obsessionnel compulsif

Le trouble obsessionnel-compulsif est reconnu comme étant un trouble de l’anxiété. Le TOC se caractérise par des obsessions, des compulsions ou les deux. Les obsessions sont des pensées ou des images intrusives qui surgissent à répétition et qui sont difficiles à chasser de l’esprit. Les obsessions sont dérangeantes, parfois effroyables ou désagréables. Elles peuvent générer beaucoup de détresse, de peur, de malaises ou de dégoût.

Pour essayer de réprimer ou de se débarrasser des obsessions, la personne atteinte se sent obligée d’accomplir des gestes répétitifs, de véritables rituels,  appelés compulsions.

Les obsessions ou compulsions sont à l'origine de sentiments marqués de détresse, d'une perte de temps considérable (prenant plus d'une heure par jour) ou elles interfèrent de façon significative avec les activités habituelles de la personne, son fonctionnement professionnel (ou scolaire) ou ses activités ou relations sociales habituelles.

Les rituels compulsifs peuvent occuper plusieurs heures par jour. Malheureusement, les compulsions n’apportent qu’un soulagement temporaire et le cycle obsession-compulsion reprend de plus belle. Contrairement au jeu compulsif, les compulsions n’apportent aucun plaisir.

Certaines personnes sont aux prises avec tellement de compulsions qu’elles ne peuvent pas quitter leur domicile, se rendre au travail ou visiter leur famille ou leurs amis. Souvent, elles se jugent très sévèrement ; fréquemment, les gens ayant un TOC cachent leurs symptômes et s’isolent.

Les obsessions et les compulsions

Obsessions typiques

Compulsions typiques

Peur de la contamination, par la saleté, les microbes, la maladie ou les excréments.

Se laver, prendre plusieurs douches longues, nettoyer sans fin.

Peur de faire du mal aux autres à cause d’un manque d’attention (ex : peur de causer un accident d’auto).

Rituels de répétition, vérifier que rien de terrible n’est arriv

Préoccupation excessive avec l’organisation et la symétrie

Disposer les choses selon un agencement précis, ranger les choses ou les plier d’une certaine façon.

Crainte d’attraper une maladie grave, comme le cancer ou le SIDA.
 

Prendre des mesures excessives pour supprimer le contact avec des éléments contaminants.

Impulsions, images ou pensées perverses à propos de la sexualité.

Besoin de toucher, de compter mentalement et de vérification.

Souci exagéré d’une partie de son corps (ex : peur que son nez soit déformé, que sa peau soit imparfaite.

Vérifier dans le miroir ou beaucoup de temps afin de camoufler le défaut, soit avec du maquillage, des vêtements ou des accessoires.

Peur d’être responsable d’un événement.

Vérifier que les portes sont verrouillées, les appareils électriques débranchés.

Préoccupation avec le sacrilège et le blasphème ou la moralité.

Prières ritualisées, chiffres ou mots spéciaux utilisés pour neutraliser la pensée.

Peur de jeter un objet dont on pourrait avoir besoin.

Ramasser et entreposer des objets ou des papiers inutiles.

La personne qui souffre de TOC a conscience de l'absurdité de ses pensées et/ou de son comportement, mais, sans aide, elle ne parvient pas à s'en départir. Ces idées et/ou ces comportements sont incontrôlables.
 

Symptômes

Le trouble obsessionnel-compulsif doit être évalué par un professionnel de la santé (médecin, psychologue) et diagnostiqué par un psychiatre en fonction de critères préétablis. Celui-ci doit reconnaitre les symptômes particuliers au TOC et les distinguer des comportements qui relèveraient d’un autre trouble.

Ainsi, lors d’une rencontre avec un professionnel de la santé, il est important de lui communiquer en détails ses pensées, ses émotions et ses gestes compulsifs. Ce dernier pourra utiliser une échelle d’évaluation du TOC, comme l’Échelle Yale-Brown sur le trouble obsessionnel compulsif (Y-BOCS), qui estime le niveau de détresse et le degré de sévérité des obsessions et des compulsions. Le professionnel de la santé évaluera également l’impact des symptômes obsessionnels sur les sphères de vie professionnelle, familiale, conjugale et celle des activités quotidiennes.

Le TOC partage quelques caractéristiques communes avec certains troubles. Bien que ces troubles soient traités différemment, on peut les confondre avec le TOC :

  • La trichotillomanie (compulsion à s’arracher les cheveux, les sourcils et les poils).
  • Les habitudes incontrôlables (ronger ses ongles, s’arracher des peaux).
  • Les tics, comportements moteurs ou vocaux involontaires, répétitifs et quotidiens.
  • Environ 30 % des personnes atteintes du syndrome de Gilles de la Tourette, souffrent  aussi  de TOC.

Le TOC se distingue des troubles de contrôle des impulsions, tels que le jeu pathologique ou l’activité sexuelle compulsive.
 

Causes

Comme c’est le cas pour plusieurs difficultés psychologiques, il semble que le TOC résulte de l’interaction de plusieurs facteurs biologiques, environnementaux et sociaux. En conséquence, les interventions et le traitement choisis doivent adresser ses trois composantes.

Par exemple, certaines recherches médicales proposent qu’un déséquilibre chimique soit en cause dans le TOC  et que ce déséquilibre altère la façon dont le cerveau influence les pensées, les émotions et les conduites. Le succès de certains médicaments à diminuer les obsessions et les compulsions suggèrent que la sérotonine, un neurotransmetteur du cerveau, soit à la base de ce déséquilibre.
Les facteurs génétiques peuvent aussi jouer un rôle. Dans près de 50 % des cas, un autre membre de la famille souffre aussi de ce trouble.

De leur côté, les recherches en psychologie démontrent que la réduction de l’anxiété qui découle habituellement de l’accomplissement d’une compulsion amène l’individu à répéter ce geste et à y recourir continuellement. Certains mécanismes de pensées, comme le raisonnement erroné ou la surévaluation du danger et de la responsabilité, sont également identifiés comme étant impliqués dans le maintien des obsessions.

Qui en est atteint ?

Le trouble obsessionnel-compulsif, ou TOC, touche environ 750 000 personnes au Canada. On estime que le trouble obsessionnel compulsif  atteint entre 2 et 3% de la population, autant les femmes que les hommes. Le trouble obsessionnel-compulsif occupe le quatrième rang  des troubles d’anxiété les plus fréquents. Toutefois, il demeure encore souvent mal compris et mal reconnu. Le TOC tend à être sous-diagnostiqué et sous-traité; plusieurs intervenants de la santé ne sont pas familiers avec les symptômes du TOC et n’ont pas reçu de formation spécialisée pour fournir un traitement approprié.

De 56 à 83 % des personnes présentant un TOC sont atteints d’au moins un autre trouble mental tel que la dépression, la phobie sociale, etc.

Le TOC apparaît généralement à la fin de l’adolescence et au début de la vingtaine, bien qu’il puisse se manifester au cours de l’enfance ou plus tard à l’âge adulte. Dans la moitié des cas, le TOC débute durant l’adolescence; il est plus rare que le TOC s’installe après l’âge de 35 ans.

Il est essentiel de recevoir un traitement psychologique et pharmacologique spécialement adapté à la problématique du TOC. En effet, le TOC peut varier d’intensité tout au cours de la vie, cependant il n’y a pas de rémission spontanée. Certains événements stressants, des changements majeurs ou une fatigue accrue peuvent aggraver les symptômes du TOC.
 

Prévenir et soigner

Le trouble panique, la phobie sociale ou la dépression peuvent aussi accompagner le TOC. Dans un tel cas, le traitement suggéré ciblera en premier lieu la difficulté la plus sévère et la plus incapacitante. Dans le cas de la dépression associée au TOC, la même médication peut parfois diminuer les symptômes des deux troubles en même temps. Le traitement optimal à offrir sera donc choisi en fonction de l’évaluation globale du TOC et pourra impliquer le travail concerté de plusieurs professionnels de la santé.

Surmonter le TOC demande du courage, beaucoup de travail et une démarche structurée.
Il existe deux formes de traitement qui se sont révélées efficaces dans les cas de trouble obsessionnel-compulsif :

  • La thérapie cognitive et comportementale
  • Une médication spécifique et contrôlée

Ces deux traitements peuvent être entrepris conjointement. La thérapie est idéalement dispensée par un psychologue membre de l’Ordre des psychologues du Québec et reconnu pour son expertise dans le TOC. D’autre part, les médicaments pour le TOC sont prescrits uniquement par un médecin, préférablement un psychiatre spécialiste. Le travail concerté des professionnels de la santé permet de structurer le traitement en ayant une connaissance complète de la problématique, des étapes à venir dans le traitement et des moyens qui seront utilisés et encouragés.

Il peut également être utile de participer à des groupes de soutien où d’autres personnes et leur famille se réunissent pour s’encourager mutuellement, faire part de leurs expériences et échanger des conseils.

La thérapie familiale ou individuelle peut être bénéfique pour les membres de la famille. En effet, le cadre de l’entretien thérapeutique permet d’aborder les problèmes vécus au quotidien, de les liquider et de concevoir des moyens pour les résoudre tout en étant supporté et compris




SERVICES
Schizophrénie
Trouble bipolaire
Dépression
Trouble obsessionnel compulsif
Trouble de personnalité limite
 
 
Avant de craquer
L'indispensable

 

 
Ce site nécéssite Internet Explorer 10 et + pour voir l'animation correctement

Cette semaine on parle de...
»» Appuyez ici


59, rue Monfette Local 250
Victoriaville, Québec G6P 1J8
Téléphone : (819) 751-2842
Télécopieur : (819) 758-8270
Ligne sans frais : 1855-CRAQUER